Le patrimoine documentaire fêté à Saint-Louis -


La célébration de la Journée internationale des archives a été marquée, hier, à Saint-Louis, par une visite guidée des dépôts d’archives, d’une exposition à la Gouvernance de région, à la Bibliothèque universitaire de l’Ugb et des présentations de la « Déclaration universelle des archives »...
Au cours d’une cérémonie officielle dans les locaux du Centre de documentation de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (Omvs), l’adjoint au gouverneur de la région de Saint-Louis, chargé des Affaires administratives, Amadou Diop, a souligné que « fêter les archives, c’est repenser la problématique de la circulation verticale et horizontale de l’information dans toute administration viable ». Par le rôle joué par le Sénégal dans le passé comme dépositaire du legs colonial, l’ancienneté et la richesse de nos fonds documentaires ne souffrent d’aucun doute, a relevé M. Diop. Mais cette ancienneté pose la problématique de la conservation puisque aucune matière n’échappe à l’usure du temps. Le métier d’archiviste est un métier évolutif puisqu’assujetti aux technologies de l’information.
Selon l’adjoint au gouverneur, l’archivage moderne exige certes des outils, mais aussi une solidarité inter professionnelle, notamment dans le domaine de la formation. Après Dakar, Saint-Louis est la seule région qui compte autant de professionnels de Sid mais aussi une université qui forme des professionnels des métiers du Patrimoine, notamment l’Ufr/Crac. Ce sont là autant d’avantages. M. Diop a surtout déploré avec véhémence le comportement de certaines populations qui n’ont pas hésité à brûler ou saccager des archives et des édifices publics à Kédougou, Bakel et à l’école Cheikh Touré de Guet-Ndar.
De l’avis du secrétaire général de l’Omvs, Madine Bâ, si cette organisation, à travers son Centre de documentation et des archives, a tenu à célébrer cette journée, c’est d’abord pour sensibiliser sur les archives et l’importance de leur préservation ; ensuite pour partager l’expérience dans ce domaine et pour accroître la vulgarisation de ses ressources accessibles grâce à son portail documentaire.
A en croire M. Bâ, le Cda de l’Omvs est là pour partager son expérience dans le domaine de la documentation car, porteur d’une histoire pratiquement rare en Afrique de l’Ouest. En témoigne, les plateformes électroniques d’information et qui sont les moyens utilisés pour donner à voir l’expérience de l’Omvs, son héritage, sa mémoire juridique, institutionnelle et sociale, c’est-à-dire tous les actes qui ont imprimé leur marque dans le cheminement de l’Omvs.
Mbagnick Kharachi DIAGNE
- See more at: http://www.lesoleil.sn/2016-03-22-23-38-25/item/65653-le-patrimoine-documentaire-fete-a-saint-louis.html#sthash.7SwdpCnz.dpuf

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SOGEM et SOGED : les nouveaux directeurs généraux installés

Recrutement du Directeur Général de la SEMAF-SA OMVS