OMVS : tenu d’un atelier sur la restitution des produits d’informations issus de la numérisation des fonds OERS et MAS




Un réceptif hôtelier de la place a servi de cadre jeudi pour l’atelier sur la restitution des produits d’informations issus de la numérisation des fonds de l’Organisation des Etats Riverains (OERS) et de la Mission d’Aménagement du Fleuve Sénégal (MAS).

Initiée par l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS) à travers le Projet de Gestion Intégré de Ressources en Eau (PGIRE), cette rencontre a réuni les experts des quatre pays membres de cette organisation sous régionale dont la Guinée, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal.


A cette occasion, Mme Anta Seck, coordinatrice régionale du PGIRE a rappelé que le but visé par cet atelier, « est non seulement de partager et de vulgariser les ressources documentaires électroniques issues de ce projet de numérisation mais également de faire revivre les expériences intéressantes des institutions ayant précédé l’OMVS afin d’inviter les uns et les autres à revisiter l’histoire de notre Organisation commune ».

Pour Mme la coordinatrice, « au-delà des enjeux de gestion, il est question de mémoire et de patrimoine à sauvegarder, à valoriser et à transmettre aux générations à venir ». 

« La politique d’aménagement du bassin du Fleuve Sénégal qui remonte aux années d’avant l’accession de nos pays à la souveraineté internationale, s’est accompagnée très tôt de la prise en compte de la dimension Archivage et Documentation », a dit Mme Seck, avant d’ajouter que d’où la mise sur pied dès 1971, à Saint-Louis, du Centre Régional de Documentation de l’OMVS actuel Centre de Documentation et des Archives de l’OMVS.

En outre, Mme la coordinatrice a souligné que « si vous voulez approfondir votre connaissance sur l’histoire de l’OMVS, connaître ses projets dans les détails et ses centres d’intérêts, le CDA est là pour vous apporter toutes informations utiles à sa portée ».

Pour sa part, Babacar Diong chef du centre de documentation de l’OMVS a affirmé que ce projet a consisté à la numérisation de plus de 560 documents, après leur collecte et leur traitement, afin de construire une bibliothèque numérique.

Le cout global du projet est estimé à environ 15 millions de francs cfa et concerne tous les quatre pays membres.

«L’objectif c’était d’abord de sauver ces fonds qui étaient en souffrance et de les partager pour que les gens s’imprégner mieux parce qu’il y a beaucoup d’études qui se font au niveau de l’OMVS et dont les gens ne parviennent pas à avoir accès »

Les documents dit-il, donnent des informations importantes sur certains projets antérieurs relatifs à l’hydrologique, à la navigation, à l’économie rurale, à la sociologie etc.

Au nom du coordinateur de la cellule nationale de l’OMVS en Guinée, Sao Sangaré point focal technique PGIRE a affirmé que les autorités guinéennes apprécient à sa juste valeur le travail gigantesque abattu par le CDA pour la numérisation de toutes ces données, leur mise sur son portail web et la création d’une bibliothèque numérique sur CD-ROM qui sont d’une importance capitale pour notre mémoire collective. 

« Nous remercions vivement les autorités de l’OMVS ainsi que la Banque Mondiale et ses partenaires qui ont bien voulu financer ces activités »

Mahawa Bangoura
www.conakrylive.info
Source : http://www.conakrylive.info/fichiers/blog16.php?code=calb8635&langue=fr&type=rub36

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SOGEM et SOGED : les nouveaux directeurs généraux installés

Recrutement du Directeur Général de la SEMAF-SA OMVS