PGIRE II : Atelier de Démarrage de l'Etude de Vulnérabilité du Bassin du Fleuve Sénégal


Le bassin du fleuve Sénégal est d’ores et déjà affecté par les impacts des changements climatiques qui risquent de compromettre de manière considérable les efforts de l’OMVS dans la gestion durable des eaux et de l’environnement.
C’est pourquoi, dans la seconde phase du Programme de Gestion Intégrée des Ressources en Eau et des Usages à buts multiples (PGIRE II), l’Omvs a dédié à cette préoccupation le volet « Planification de la résilience du bassin aux changements climatiques ». qui prévoit, entre autres activités, la réalisation d’une étude sur « L’Evaluation de la vulnérabilité du Bassin du Fleuve Sénégal face aux changements climatiques et l’élaboration d’un plan pour l’adaptation et le renforcement de la résilience du bassin ainsi que l’actualisation des modèles de gestion des ressources hydriques utilisées par l’OMVS ».
L’atelier de démarrage s’est tenu le 11 janvier 2017 au Haut-commissariat de l’OMVS à Dakar, sous la présidence du Secrétaire Général M. Madine BA, et en présence de cadres du Haut-Commissariat et du PGIRE, de représentants des Sociétés de Gestion de l’OMVS (SOGED, SOGEM et SOGENAV), des Services techniques des Etats (Environnement, Hydraulique et Météo). Il avait pour objectif de présenter et discuter la méthodologie de l’étude, proposer la note de cadrage et le plan d’exécution et faire le point sur la disponibilité des données.
Dans son discours d’ouverture, M. BA, après avoir remercié les participants pour leur engagement auprès du Haut-Commissariat et du PGIRE, a rappelé que cette étude est une opérationnalisation de la Déclaration sur le Changement Climatique délivrée par les Chefs d’Etats et de Gouvernement de l’Omvs en mars 2015 à Conakry. Elle constitue donc une activité phare de l’« Initiative Changement Climatique » mise en œuvre dans le PGIRE II.
Au démarrage des travaux Madame Anta SECK, Coordonnatrice Régionale du PGIRE II, est revenue sur les enjeux de l’évaluation de la vulnérabilité du bassin face aux changements climatiques et les attentes de l’OMVS et des Etats membres. Elle a souligné qu’au-delà de l’engagement politique, la prise en charge de ces impacts passera par le renforcement des capacités des institutions et des acteurs à tous les niveaux de gouvernance (régional, national et local), la mobilisation de l’information pour améliorer les connaissances sur les phénomènes climatiques et leur impacts et la mise en œuvre d’actions d’envergure pour l’adaptation et l’atténuation des émissions de Gaz à effet de serre.
Au sortir de cette étude, l’OMVS disposera d’un diagnostic approfondi et détaillé pour mieux appréhender les modifications actuelles et futures du climat à l’échelle du bassin et quantifier leurs impacts réels et potentiels sur l’environnement, la disponibilité et la gestion des ressources en eau, et sur la vie socioéconomique des populations. Des mesures d’adaptation et de réduction des risques climatiques tenant compte du caractère transfrontalier du bassin seront planifiées sur la base des résultats de ce diagnostic. L’actualisation des modèles de planification et de gestion des ressources en eau utilisés sera également faite. L’étude qui se fera par une approche participative et inclusive va durer 10 mois et les résultats feront l’objet d’une validation régionale en présence de l’ensemble des parties prenantes.
Source : http://www.portail-omvs.org/actualite/pgire-ii-atelier-demarrage-letude-vulnerabilite-du-bassin-du-fleuve-senegal

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SOGEM et SOGED : les nouveaux directeurs généraux installés

Recrutement du Directeur Général de la SEMAF-SA OMVS